Une cabane insolite sur la Prairies du Roy

Une construction complexe : dans le fond, Jean-Jacques Hervet avec, à sa gauche, Franck Liardet.
Une construction complexe : dans le fond, Jean-Jacques Hervet avec, à sa gauche, Franck Liardet.

Pendant deux jours, quatorze élèves de seconde du lycée professionnel Emile-Delataille de Loches ont investi les locaux de l'entreprise de menuiserie-ébénisterie que Jean-Jacques Hervet a mis à leur disposition sur la zone aménagée de La Vénerie, route de Montrésor, à Genillé. « Ça me fait plaisir d'accueillir des jeunes dans mon entreprise et de leur montrer comment on travaille ici », a tenu à souligner le patron. « Et de leur apporter, discrètement et bénévolement, aides et conseils dans la construction de leur « œuvre », « projet qui paraît simple d'aspect mais complexe dans la technique de fabrication », a-t-il ajouté.

Un projet pour l'exposition Beaux-Lieux

Depuis plusieurs semaines, ces élèves travaillent avec leur professeur de menuiserie, chef d'atelier, Franck Liardet, à la réalisation d'un projet conçu, à la demande de l'association bellilocienne B2X, par Danielle Gutman, artiste plasticienne à Paris, pour l'exposition Beaux-Lieux de l'été prochain, sur le parcours de la Prairie du Roy, entre Beaulieu-lès-Loches et Loches.
Danielle Gutman participe, avec des ingénieurs, des graphistes… à un collectif, le Néo Consortium, sorte de multinationale fictive qui fabrique de l'art sous forme de polyèdres irréguliers appelés moduloformes. « Nous prétendons, dit-elle, envahir le monde de l'art et le monde en général avec ces formes-là ».

Un commanditaire, un chef d'orchestre et des interprètes

C'est un projet hégémonique qui s'adapte au lieu où se fait l'installation, avec, à chaque fois, la fabrication d'un objet différent pour envahir le lieu.
L'association B2X de Beaulieu-lès-Loches, commanditaire, a lancé l'appel à projet. L'objectif est de montrer comment cette multinationale fictive, qui a transféré son siège social sur la Lune ; peut envahir n'importe quel lieu. C'est – en grossissant volontairement le trait – ce que font, selon l'artiste, toutes les autres multinationales, les vraies.ts. Elle en gère la réalisation entre, d'une part, le chef d'orchestre, Danielle Gutman, dont elle a retenu la proposition, et, d'autre part, Jean-Jacques Hervet et le lycée Emile-Delataille.
L'œuvre, aux formes dissymétriques originales, est une cabane dont la coque est réalisée en triply, aggloméré de copeaux de bois, et le bardage, en bois véritable ; matériaux fournis par l'entreprise Landré d'Athée-sur-Cher. « On fabrique des choses pour faire de l'argent et non pour répondre à un besoin humain », rappelle Danielle Gutman, à propos des multinationales. Ainsi, la future cabane de la Prairie du Roy sera-t-elle inhabitable !
La mise en place de la cabane est prévue fin juin et son vernissage le 1er juillet.