La belle saison 2 de Beaux Lieux

Les libellules géantes en métal, déjà exposées l'an dernier, reviendront cet été. Elles rejoindront les œuvres nouvelles que vont réaliser les neuf artistes participants.
Les libellules géantes en métal, déjà exposées l'an dernier, reviendront cet été. Elles rejoindront les œuvres nouvelles que vont réaliser les neuf artistes participants.

L’expo-festival d’art contemporain revient pour la seconde année. Les résidences d’artistes ont déjà commencé.

 

La sculptrice est déjà à pied d'œuvre. Gaëlle Seillet a déjà pris ses quartiers pour sa résidence d'artiste au sein de l'entreprise La Céramique lochoise, sur la zone de Vauzelles. Elle est la première à être déjà là, parmi les neuf artistes qui exposeront leurs œuvres cet été dans le cadre de la deuxième édition de Beaux Lieux.

 

On pourra découvrir le nouveau parcours artistique dès le 8 juin, jusqu'au 18 septembre. On se souvient du rhinocéros, des libellules géantes… Le premier cru, l'an dernier, du parcours artistique à travers les prairies du Roy, les rues de Beaulieu et le jardin des Viantaises a marqué les esprits. Suffisamment pour que les entreprises partenaires et les artistes répondent une fois encore à l'appel.

 

Cette année, tout se passera à Beaulieu (1). A mi-chemin entre l'exposition et le festival, la manifestation n'impose pas un thème aux artistes. « Curieusement, en 2015, beaucoup, sans se le dire, avaient travaillé autour des animaux. Cette année, toujours par hasard, beaucoup des œuvres porteront sur les quatre éléments », commente Clotilde Beauvais, cheville ouvrière de l'événement.

Œuvres nouvelles et anciennes mêlées

Le prototype de l'une des nouvelles œuvres, signée Marcel Molac. - (Archives NR)
Le prototype de l'une des nouvelles œuvres, signée Marcel Molac. - (Archives NR)

L'association bellilocienne B2X, qui organise Beaux Lieux, souhaitait associer davantage les élèves du Lochois. Outre les résidences en entreprise, plus de la moitié des artistes va collaborer avec les élèves du Lochois (2). Les salariés du chantier d'insertion Orchis seront également associés. Avec l'artiste Patrick Genty, ils vont concevoir, dès que la météo le permettra, un labyrinthe d'osier dans les prairies du Roy.

Plusieurs artistes présents l'an dernier font à nouveau partie de l'aventure. Beaucoup d'œuvres déjà exposées en 2015, comme l'ichtyosaure ou les libellules géantes en métal, sont toujours en place ou seront réinstallées pour compléter celles qui vont être créées.

« En règle générale, les nouvelles œuvres seront faites dans des matériaux plus résistants que les premières, conclut Clotilde Beauvais. Elles seront donc plus pérennes. On espère ainsi étoffer le parcours artistique d'année en année. » L'expo d'art contemporain à ciel ouvert s'installe un peu plus dans le paysage.

 

(1) Écoliers, bac pro forêt de la Maison familiale et rurale, élèves de 6e du collège Georges-Besse, lycée professionnel Émile-Delataille, bac pro aménagement paysager du lycée Sainte-Jeanne-d'Arc…
(2) Pas de crochet par Loches, au contraire de 2015.

 

Pierre Calmeilles

Source : la Nouvelle République du 11 mars 2016