L'art en pleine nature crée de beaux lieux

« Sortie de Tôle », de Jean-Michel Salaün, à voir sur le sentier des Prairies-du-Roy.
« Sortie de Tôle », de Jean-Michel Salaün, à voir sur le sentier des Prairies-du-Roy.

“ Beaux Lieux ”, c’est une exposition d’œuvres d’art contemporain in situ, dans la nature, mais aussi une approche qui lie artistes et entreprises.

 

Pour être arrosée, l'inauguration de la deuxième exposition « Beaux Lieux », prévue le 4 juin, l'a été. Trop, même, avec l'Indre en crue qui s'est étendue dans les Prairies-du-Roy. Cet espace naturel sensible est en partie, depuis l'été dernier, la salle d'exposition à ciel ouvert des œuvres d'art contemporain de « Beaux Lieux ». 

Ce n'est que partie remise à demain, dimanche 26 juin, avec une inauguration dans l'après-midi. Les pieds au sec, ou dans une herbe haute fauchée et rabattue recouverte encore de la boue de l'Indre, les amateurs d'art et les curieux pourront faire ce parcours de 2 km qui part du jardin public pour rejoindre les Prairies-du-Roy, le canal de l'Indre à Beaulieu, le centre de Beaulieu et se terminer aux jardins des Viantaises.

 

Les « Iles perdues » de Gaëlle Seillet, ensemble d'îles en forme de galets flottant sur l'Indre au niveau du pont à côté du Caravage (porte des Cordeliers) n'avaient pas résisté à la crue. Gaëlle Seillet proposera une nouvelle composition avec ses « Iles » rescapées.

Pour cette édition, comme l'année dernière, des entreprises locales ont ouvert les portes de leurs établissements en mettant, à disposition des artistes, leurs techniques et leurs matériaux.

C'est là l'originalité du concept de « Beaux Lieux ». L'association B2X qui l'a imaginée entretient le lien entre la création artistique, les jeunes en formation et des salariés de l'insertion, et des entreprises du secteur marchand. 

L'art se retrouve le fil conducteur entre le monde du travail, celui de la formation et de l'insertion. Pour B2X, les salariés peuvent « transmettre les gestes, les savoir-être et savoir-faire de leur métier à l'artiste et aux lycéens ». 

Les élèves « appréhendent mieux le travail en entreprise, découvrent en situation les gestes et le milieu professionnels ». Enfin, l'artiste fait naître son œuvre « en prenant en compte les impératifs entrepreneuriaux, les capacités des élèves, tout en acquérant des techniques de production ». Ces trois leitmotivs sont les piliers fondateurs de « Beaux Lieux ».

 

Xavier Roche-Bayard