" Les Beaux Lieux " transforment le paysage

Cette exposition à ciel ouvert d’art contemporain a été l’opportunité, pour les locaux, de s’impliquer dans un projet collectif.

 

 Disséminées le long de l'eau, entre Loches et Beaulieu, des créations artistiques parsèment le paysage. « On avait la volonté d'apporter quelque chose de contemporain entre nos deux villes historiques », explique Sophie Métadier, maire de Beaulieu. 

Depuis le jardin public lochois jusqu'à la place de la Mairie bellilocienne, en passant par les prairies du Roy, onze créations contemporaines ont été disséminées pour satisfaire à la fois amateurs d'art et amoureux de la nature.

 

Au détour du jardin des Viantaises, on tombe nez à nez avec un essaim géant fait de bois entrelacés. L'artiste land-art, Patrick Genty, a créé l'œuvre « L'essaim aux reines », avec la participation de l'association des Petits Jardins. 

Il raconte cette initiative : « Ce qui m'intéressait, c'était de partager tout le projet de A à Z. J'ai demandé à la vingtaine de jardiniers et jardinières de l'association ce qu'ils voulaient faire, et nous avons élaboré l'œuvre tous ensemble. » 

Avant de conclure : « Je salue cette initiative qui permet aux habitants de prendre possession de l'espace public. »

" On avait la volonté que ce projet soit un partage "

Plus qu'une exposition, « Les Beaux Lieux » se veut également un projet collectif. Élisabeth Bar, présidente de l'association B2X, est à l'initiative de l'exposition : « On avait la volonté que ce projet soit un partage, avec la participation de la population et des artisans du département. » Pas moins de huit entreprises locales se sont investies, dans des domaines variés, tels que la céramique ou encore la menuiserie. 

Un peu plus loin, dans les prairies du Roy, un rhinocéros au motif camouflage surgit des hautes herbes. L'artiste Morgan Pansier a travaillé tout le long de son élaboration aux côtés des élèves du lycée professionnel Émile-Delataille, de la naissance du projet jusqu'à son élaboration. 

L'interprétation de l'œuvre reste libre, comme l'explique l'artiste : « Pour moi, l'idée était de donner la possibilité au rhinocéros, qui est en voie de disparition, de se camoufler. Pour d'autres, le camouflage renvoie l'idée que cette espèce disparaît progressivement en se fondant dans le paysage. Chacun comprend l'œuvre comme il le souhaite. » 

Une édition 2016 est déjà envisagée par l'association B2X. Mais, d'ici là, les créations artistiques continueront de décorer les paysages lochois jusqu'au 11 octobre. De quoi laisser le temps aux curieux de découvrir ces œuvres, le temps d'une balade.

chiffres-clés

> 86.000 € ont été investis dans le projet « Beaux Lieux », répartis entre collectivités, partenaires privés et financement participatif.

> 1.441 € ont été récoltés à ce jour grâce à la plateforme de financement participatif HelloAsso.

> 8.000 à 10.000 € sont encore nécessaires pour le financement participatif.

> 15.000 visiteurs sont attendus pour cette première édition des « Beaux Lieux ».

 

Source : Nouvelle République du 5 juillet 2015